Make your own free website on Tripod.com

Utilisation des tables de plongée à l'air M.N.90

 

    Mission d’une table de plongée

  1. Mesurer à tout moment la quantité d’un gaz inerte (ou diluant) considéré, dans un
  2. organisme humain, en fonction de pression et de la durée d’exposition de l’organisme.

  3. Chiffrer les rapports entre la tension du gaz dissous dans l'organisme et la pression
  4. de ce gaz dans le milieu ambiant lorsqu'il y a des variations de pression du milieu
    ambiant.
    Cette fonction est particulièrement importante car elle conditionne le contrôle de la
    désaturation et détermine la vitesse de remontée et les paliers.

  5. Chiffrer la quantité de gaz dissous dans l'organisme à l'issue d'une plongée lorsque
  6. nous revenons à la pression à laquelle nous étions saturés avant notre plongée (état
    de sursaturation résiduelle).

  7. Traduire cet état de sursaturation en un temps d'exposition (durée de plongée)
  8. pour une profondeur et un intervalle donnés, dans le cas d'une nouvelle plongée
    effectuée avant le retour à la saturation initiale.

  9. Définir, après une plongée, le temps nécessaire à passer à la pression de saturation
    initiale pour revenir à l'état de saturation équivalent.

Avant d'aller plus loin dans l'approche des conceptions des tables de plongée
précisons que cette information se limite aux tables de plongée à l'air.
Pour ces calculs on considère que:

A) l'air est composé de 80% de N2 et 20% d'Q2;
B) la pression de saturation initiale est la pression atmosphérique standard de I bar;
C) une profondeur de 10 m d'eau est équivalente à une pression de I bar.

Dans le cas de la plongée à l'air, le gaz diluant est l'azote et c'est lui qui va poser les
problèmes d'absorption et d'élimination alors que l'oxygène est métabolisé.
Plus la pression ambiante s'élève, plus la pression d'azote inhalé augmente.
Au fur et à mesure, le gaz va se dissoudre dans le sang au niveau des alvéoles
pulmonaires puis dans tout l'organisme par l'intermédiaire du sang jouant le rôle
de transporteur; lors du retour à la pression initiale, cet excès d'azote devra être
restitué.
Exposés à un même gaz, à la même pression et pendant la même durée des liquides
de périodes différentes se saturent et se désaturent à des degrés différents selon
leurs périodes.

 

Dissolution et élimination multi-exponentielle d’un gaz par des liquides de périodes différentes.

Périodes 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e
7 mn 7 mn 14 mn 21 mn 28 mn 35 mn 42 mn 49 mn 56 mn
30 mn 30 mn 60 mn 1 h 30 2 h 2 h 30 3 h 3 h 30 4 h
60 mn 60 mn 2 h 3 h 4 h 5 h 6 h 7 h 8 h
120 mn 2 h 4 h 6 h 8 h 10 h 12 h 14 h 16 h
pourcentages 50 % 75 % 85,5% 93,75% 96,87% 98,42% 99,21% 99,6%

Le graphique représente les courbes d'absorption et d'élimination de liquides homogènes
de périodes 7, 30, 60 et 120 minutes.
Le tableau des pourcentages comparatifs permet de constater qu'après 1heure d'exposition
à une pression quelconque, Pi par exemple supérieure à la pression initiale " Pc " le liquide
de période 7 mn sera pratiquement à 100% de sa nouvelle saturation alors que le liquide de
période 60 mn ne le sera qu'à 50%.
Pour les tables MN 90, les calculs ont été effectués sur douze tissus de périodes 5 à 120
minutes mais ce sont les tissus 7, 30, 60 et 120 minutes qui sont déterminants pour calculer les
décompressions des thèmes de plongée de la table .

DEFINITION
    1) Heure de départ: moment où le plongeur quitte la surface pour s immerger.
        2) Durée de la plongée: temps compris entre le moment où le plongeur s'immerge et le
            moment où il commence sa remontée jusqu'à la surface, si la plongée ne nécessite pas
            de palier, jusqu'au niveau du premier palier, si la plongée nécessite un ou plusieurs paliers.
            Le temps de la descente est considéré comme partie intégrante de durée au même titre
            que le séjour sur le fond.
        3) Profondeur: profondeur maximale atteinte au cours de la plongée.
            L'unité minimale est le mètre.
        4) Remontée: temps consacré à remonter d'un niveau d'immersion à un autre, ou en
             surface, verticalement, sans arrêt, à une vitesse comprise entre 15 et 17 m/mn.
        5) Palier: séjour dont la durée et le niveau d'immersion sont strictement définis par la
            table en fonction d'un thème de plongée.
        6) Durée totale de la remontée: temps depuis le départ du fond jusqu'à l'arrivée en
           surface (comprenant la durée de la remontée plus la durée des paliers éventuels).
       7) Heure de sortie: moment où le plongeur fait surface.
       8) Intervalle: temps compris entre l'heure de sortie d'une plongée et l'heure de départ
           de la plongée suivante.
       9) Plongée consécutive: plongée dont l'intervalle qui la sépare de la plongée précédente
           est inférieur à 15 mn.
      10) Plongée successive: plongée dont l'intervalle qui la sépare de la plongée précédente
            est égal ou supérieur à 15 mn et égal ou inférieur à 8 h 30.
      11) Azote résiduel: état de sursaturation à l'arrivée en surface après une plongée.
            La tension de N2 dissous dans l'organisme (compartiment T 120) est supérieure à la
            tension de N2 dissous dans ce même compartiment saturé à la pression ambiante de
            référence (pression atmosphérique standard pour les tables MN 90) et ce jusqu'à un
            intervalle de 8 h 30 en surface)
            Les tables donnent pour chaque plongée un groupe de plongée successive (GPS)
            affecté d'une lettre de A à P chiffrant cet état de sursaturation.
      12) Majoration: traduit pour une durée à une profondeur donnée la quantité d'azote
            résiduel.
            Autrement dit, pour une profondeur déterminée, la majoration s'exprime par le
            temps qu'il aurait fallu passer à cette profondeur pour atteindre dans le
           compartiment T 120 mn une tension de N2 dissous équivalente à celle résultant de la
           plongée précédente.
           Bien entendu la notion de majoration n'intervient que dans le cas d'une plongée successive.
     13) Durée fictive: somme de la majoration et de la durée réelle d'une plongée successive.

Remarque.
Comme toutes les tables de plongée, les tables MN 90 constituent un recueil de thèmes
de plongée et leurs conditions de remontée en surface.

Ces thèmes ne sont pas décrits mètre par mètre et minute par minute d'où une règle formelle
d'utilisation: il n'y a pas d'alternative d'extrapolation:

A) Si la profondeur exacte de la plongée ne se trouve pas dans la table, prendre la
profondeur immédiatement supérieure;

B) Si la durée exacte de la plongée ne se trouve pas dans la table prendre la durée
immédiatement supérieure;
C) Si l'intervalle exact entre deux plongées ne se trouve pas dans la table prendre
l'intervalle immédiatement inférieur (en minorant l'intervalle qui est en fait un
temps de désaturation on majore la quantité réelle de N2 résiduel ce qui peut
entraîner un palier plus long et par conséquent on agit dans le sens de la sécurité).

 

TABLES MN 90

Les tables MN 90 se composent de quatre tables:
1) une table de plongées unitaires;
2) une table de détermination de l'azote résiduel;
3) une table de détermination de la majoration;
3a) une table de diminution de l'azote résiduel par respiration d'oxygène
pur en surface.

 

UTILISATION NORMALE NIVEAU MER

PREMIÈRE PLONGÉE

Plongée ayant lieu avec un intervalle égal ou supérieur à 8 h 30 la séparant d'une
plongée précédente.
Simple lecture des paramètres profondeur et durée de la plongée, des paliers
éventuels, de la durée totale de remontée et du groupe de plongée successive en
respectant le principe de non extrapolation.

Exemple: une plongée à une profondeur de 46 m d'une durée de16 mn doit être
considérée comme une plongée à 48 m d'une durée de 20 mn, aucun des deux paramètres
ne figurant dans la table.
Envisageons tous les cas possibles " d'interprétation " soit: en comparant les différence
de paliers et de groupes de plongée successive on ne peut qu'être convaincu du bien fondé
de l'arrondi aux valeurs supérieures sur le plan de la sécurité.

 

PLONGÉES CONSÉCUTIVES

Dans ce cas où l'intervalle est inférieur à 1 5 mn on doit considérer ces deux plongée
comme une plongée unique et prendre comme paramètres pour la décompression la
somme clos durées des deux plongées et la profondeur maximale atteinte au cours de
l'une ou l'autre des deux plongées.

Exemple:
1re plongée: profondeur 35 m, durée 10 mn.
Intervalle : 12 mn.
2e plongée: profondeur 28 m, durée 15 mn.
Calcul de la décompression avec: profondeur 35 m (maxi) et durée 25 mn (somme des durées).

 

PLONGÉES SUCCESSIVES

Lorsqu'un plongeur effectue une première plongée, la table proprement dite lui permet
de remonter en surface sans accident mais avec cependant une tension de N2 dissous
dans l'organisme supérieure à la tension de N2 correspondant à l'état de saturation à la
surface du lieu de plongée: il est en état de sursaturation physiologiquement tolérable.

S'il effectue une nouvelle plongée avec un intervalle inférieur ou égal à 8 h 30 il faut tenir
compte de cette sursaturation, mémoire de la première plongée, car la table

" normale " n'est pas calculée pour cette éventualité mais pour des plongeurs s'immergeant
avec une tension de N2 de 0,8 bar dans le " compartiment " de période
T 120 mn.
La table de plongées successives intervient alors en permettant de chiffrer la majoration correspondant à une plongée déterminée.
Pour cela il est nécessaire de connaître:
1) le groupe de plongée successive de la plongée précédente;
2) l'intervalle entre les deux plongées;
3) la profondeur de la plongée successive;
4) la durée de la plongée successive.

Calcul de la décompression d'une plongée successive
1) noter l'heure de sortie et le GPS de la première plongée;
2) déterminer l'intervalle séparant les deux plongées;
3) en fonction de cet intervalle trouver la valeur de l'azote résiduel dans le tableau Il
" Détermination de l'azote résiduel ";
intervalle de 15 mn, ce qui est logique car avec un intervalle inférieur à 15 mn il
N.B. - Ce tableau ne donne les variations de valeur du GPS qu'à partir d'un
s'agit d'une plongée consécutive et non d'une plongée successive.
4) avec cette nouvelle valeur du GPS et la profondeur de la deuxième
plongée, trouver la majoration correspondante dans le tableau Il" Détermination de
la majoration ";
5) ajouter cette majoration à la durée réelle de la deuxième plongée pour trouver la
durée fictive;
6) entrer dans la table " normale " avec comme paramètres la profondeur de la
deuxième plongée et la durée fictive et effectuer la décompression correspondante.

Règles de sécurité:
1) dans le tableau I " Intervalles " si l'intervalle exact ne figure pas prendre l'intervalle
immédiatement inférieur;
dans le tableau Il  " Majorations " Si le nombre exact de la valeur de l'azote résiduel
ne figure pas dans la colonne " azote résiduel " prendre le nombre immédiatement
supérieur;
2) dans le tableau " Majorations " Si la profondeur exacte de la deuxième plongée ne
figure pas prendre la profondeur immédiatement supérieure;
3) deuxième plongée à une profondeur inférieure à la profondeur calculée:
conserver la majoration et la profondeur calculées pour la décompression;
4) deuxième plongée à une profondeur supérieure à la profondeur calculée: conserver
la majoration mais prendre la profondeur réelle pour la décompression.

Exemple:
1e plongée: prof. 46 m - durée 16 mn intervalle: 3h45
2e plongée: prof. 33 m - durée 24 mn

 1e plongée:
46m=48m - l6mn=2Omn - GPS=J intervalle=3h(<3h 15)

2e plongée:
azote résiduel = 0,96

majoration calculée avec: 0,99 (> 0,96) et 35 m (>33 m) = 12 mn durée fictive
24 mn + 12 mn = 36 mn

décompression comme: 40 mn à 35 m, soit paliers : 5 mn à 6 m et 34mn à 3m.

Cas particulier d'une successive triple (pouvant se présenter en école de plongée):

1re plongée:
prof. 35 m - durée 20 mn intervalle = 1h 30

2e plongée:
prof. 6 m - durée 40 mn intervalle = 2 h

3e plongée:
prof. 30m - durée20mn

Procédure:
1) sortie de la 1re plongée GPS=H;
2) après 1h 30 d'intervalle la valeur de l'azote résiduel est devenue 1,01 correspondant
    au GPS=E (colonne arrivée en surface du tableau III, respiration d'02 en surface);
3) dans la table normale profondeur 6m le groupe E correspond à un séjour de 1h 45,
    c'est-à-dire à une majoration qu'il convient d'ajouter à la durée réelle de 40 mn de
    la 2e plongée.
   Soit une durée fictive de 2 h 25 correspondant au GPS=G.
   Après un intervalle de 2h la valeur de l'azote résiduel est de 0,96 et la majoration à
   prendre en compte pour la 3e plongée est de 14 mn soit une décompression comme
   pour une plongée de 35 mn à 30 m.

REMONTÉE RAPIDE

En cas de remontée rapide: remontée en " catastrophe ", exercice de remontée sans embout,
remontée sur gilet, exercice de sauvetage, vitesse de remontée et paliers non respectés il faut:

1) redescendre à la moitié de la profondeur maximale atteinte au cours de la plongée le plus
rapidement
possible,  en 3 mn maximum;
2) effectuer un palier de 3 mn à cette profondeur;
3) calculer ensuite la durée de la remontée et les paliers éventuels nécessités par la

plongée en prenant comme données :

profondeur : profondeur maximale attente au cours de la plongée ;
durée: l'intervalle de temps entre l'heure de départ et la fin du palier de 5 mn, soit: la
descente, le séjour au fond, la remontée rapide, le temps passé en surface, la redescende
le palier de 3 mn. (Cette
durée peut être lue directement à la montre à la fin du palier.)

Si, malgré l'incident, la plongée ne nécessite pas de palier, il est particulièrement conseillé
d'effectuer un palier de principe de 3 mn à 3m.

D'autre part, il est évident que cette procédure ne peut s'appliquer que si le plongeur
ne présente aucun symptôme d'accident, surpression pulmonaire ou accident de décompression;
dans le cas contraire
c'est le traitement d'urgence de l'accident supposé qu'il convient d'appliquer.

Un plongeur effectuant cette procédure doit être accompagné par un autre plongeur.

Pour le calcul de l'heure de sortie la durée de remontée à la fin du palier de 5 mn
est celle de la demi-profondeur, à ajouter aux paliers éventuels pour trouver la durée
totale de la remontée.

 

REMONTÉE LENTE

La vitesse de remontée est inférieure à celle préconisée par la table; dans ce cas,
le paramètre " durée " à une profondeur maximale ne peut être pris en compte même
si le plongeur remonte constamment à la fin de cette durée.

 

Exemple: Plongée de 30 m durée 20 mn.

Si le plongeur remonte à 17 m/mn il arrive en 1,45 mn à 3 m où il effectue un palier de 2 mn.

Si le plongeur met 10 mn pour arriver à 3 m il doit comptabiliser ce temps dans sa durée de
plongée qui dure 20 mn + 10 mn = 30 mn et nécessite un palier de 9 mn à 3 m.

 

PALIER INTERROMPU

1) Instructions Marine nationale: replonger en moins de 3 mn au niveau
du premier palier et
effectuer la totalité des paliers imposés par la plongée (procédure appliquée
par les personnels militaires).

2) F.F.E.S.S.M.: replonger en moins de3 mn au niveau du palier interrompu, le refaire entièrement
et poursuivre la décompression normalement prévue.

  1. Directive

 

Schématisation graphique de plongées successives en mer.

 

Courbe de sécurité

Tableau de décompression sans palier :

Proff.

h mn

Proff.

h mn

Il est conseillé d’effectuer un palire de principe de 3 mn à 3 m.

Après une plongée :
pas d’effort,
pas d’apnée,
pas d’avion avant 8h30 (la pression est de 0,526 bar à 5000 mètres)

10 m

12 m

15 m

18 m

20 m

22 m

25 m

28 m

5 30

2 15

1 15

0 50

0 40

0 35

0 20

0 15

30 m

32 m

35 m

38 m

40 m

42 m

45 m

48 m

0 10

0 10

0 10

0 5

0 5

0 5

0 5

0 5