Make your own free website on Tripod.com

Plongée dans la théorie

La flottabilité

La pression

Des signaux de plongée internationaux

Tables de plongée à l'air M.N.90

Le phénomène des marées

 

      


La flottabilité. 

Le théorème d’Archimède. (la poussée d’Archimède)

Tout corps plongé dans un fluide reçoit de la part de celui-ci une poussée verticale dirigée de bas en haut égale au poids du volume de fluide déplacé par le corps.

Pour nous plongeurs le fluide sera l’eau, (un corps d’un dm3 ayant 1 kg = flottabilité nulle parce que 1 litre d’eau = 1 kg, l’eau est un fluide 800 fois plus dense que l’air).

Exemple :
On immerge un cube de plomb ayant un volume de 1 litre (un dm3) et un poids de 4kg.
Faisons le bilan des forces qui s’exercent sur ce cube.

- vers le bas : le poids du cube, soit 4 kg.

- vers le haut : La poussée d’Archimède, soit le poids du volume d’eau déplacée par, le cube. 

- 1 litre donc 1 kg (un dm3).

Donc le cube subit une force vers le bas de 4 - 1=3 kg.

Le théorème d’Archimède.

On peut vérifier le théorème d’Archimède à l’aide d’en balance hydrostatique.

Sur l’un des plateaux, on pose un cylindre creux c dont le volume intérieur est égal à celui d’un cylindre C (solide, indéformable, de densité supérieure à celle de l’eau).

On équilibre la balance avec des poids posés sur l’autre plateau.

On immerge le cylindre C dans un récipient R rempli d’eau à ras bord et on recueille l’eau déversée par l’immersion du cylindre dans un autre récipient r.

L’équilibre de la balance est rompu, le poids du cylindre a diminué.

En versant dans le cylindre c l’eau recueillie, on constate que l’équilibre de la balance se rétablit et que le volume de cette eau correspond au volume du cylindre immergé.

Le poids en plongée.

On distingue deux poids :Le poids apparent (Pap) : c’est le poids d’un corps immergé dans l’eau.

Le poids réel (Pr) : le poids d’un corps dans l’air (c’est le poids comme on a l’habitude de le lire sur une balance).

La formule suivante permet de relier Pap, Pr et la poussée d’Àrchirmède :

Pap = Pr - poussée d’Archimède.

Si le Pap est positif le corps coule, s'il est négatif le corps flotte.

Flottabilité.

On parlera de trois flottabilités :

- Flottabilité négative : le corps coule : Pap > 0 ; (le plongeur cherche flottabilité nulle avec poumons-ballast ou le gilet).

- Flottabilité nulle : le corps est an équilibre : Pal, = 0 ;( le plongeur est bien équilibré).

- Flottabilité positive : le corps remonte en surface : Pap< 0 (le plongeur doit mettre un

ceinture de lest).


Poids apparent et flottabilité.

 1er cas : Pr= (15 kg) Par = (20 kg) Pap (- 5 kg)

Son poids apparent est négatif, sa densité inférieure à 1, sa flottabilité positive, le corps a tendance à remonter vers la surface.

2er cas : Pr (20 kg) Par (20kg) — Pap (0 kg)

Son poids apparent et sa flottabilité sont nuls, sa densité est égale à 1, le corps est en équilibre entre deux eaux.

3er cas : Pr ( 25 kg) Par (20 kg) Pap (+5 kg)

son poids apparent est positif, sa densité supérieure à 1, sa flottabilité négative, le corps a tendance à couler.

Remarque

La poussée d’Archimède est en réalité 0,9987 kg dans l’eau douce.


La pression

Pression absolue (PA).

Pression mesurée par rapport au vide. (bar).

Pression atmosphérique (Patm).

La couche d’air entourant la surface de la terre exerce sur celle-ci une pression qui est de 1 bar (+- 1013 hectopascals) à l’altitude 0 mètre, soit niveau de la mer.

 Pression hydrostatique (Phyd).

C’est la force exercée par une colonne de liquide sur une surface.
En Immergeant un manomètre gradué en bars et en négligent la différence de densité entre l’eau pure(d = 1) et l’eau de mer (1,026 en moyenne),on constate qu’une hauteur d’eau, de 10 mètre exerce sur ce manomètre une pression de 1 bar presque égale la pression atmosphérique standard.
Contrairement à l’air, l’eau est incompressible, son poids spécifique reste constant, ce qui signifie que la colonne d’eau définie ci dessus exercera toujours intrinsèquement la même pression quelle que soit la profondeur considérée.
Ce qui revient à dire que la pression hydrostatique est proportionnelle à la profondeur et que, chaque fois que nous descendons de 10 mètres dans l’eau, la pression augmente pratiquement de 1 bar.
Le profondimètre nous permet de mesurer cette pression hydrostatique relativement à la pression atmosphérique pour la raison expliquée ci-dessus.
Pour connaître la pression absolue régnant dans l’eau en un point considéré, il faudra donc ajouter à la pression hydrostatique, lue au profondimètre, la pression atmosphérique.
D’où : pression absolue = pression hydrostatique + pression atmosphérique.

                                Patm = 1 bare

    0 mètre                           1 bare

Remarque

L’approximation 10 mètre = 1 bar au lieu de 10,33 mètre ça va dans le sens de la sécurité car, en immersion, nous sommes toujours un peut en deçà de la pression ambiante.
Calculée par les tables.
En prenant pour exemple la profondeur limite de 60 mètre, nous sommes en fait à une pression ambiant de 6,8 bars et non 7 bars (0,33 m x 6 1,98 m) et nous pourrions-si nous n’étions raisonable-nous contenter d’entrer dans les tables avec la profondeur de 58 mètre.
0 mètre = 1,00 bar ;
+5000 mètre = 0,526 bar ;
+30 000 mètre = 0,010 bar ;

- 10 mètre                          2 bare
- 20 mètre                          3 bare
- 30 mètre                          4 bare
- 40 mètre                          5 bare


Table de plongée à l'air M.N.90

 

Prof
m

Durée
h mn
Paliers S
U
C
C
Prof
m
Durée
h mn
Paliers S
U
C
C
Prof
m
Durée
h mn
Paliers S
U
C
C
Prof
m
Durée
h mn
Paliers S
U
C
C
6m 3m 6m 3m 6m 3m 6m 3m
12 2 15 * * L 22 1 00 * 20 K 35 0 10 * * D 45 0 20 3 15 I
2 20 * 2 L 1 05 * 25 L 0 15 * 2 F 0 25 5 25 K
15 1 15 * * J 25 0 20 * * E 0 20 * 5 H 0 30 9 35 L
1 20 * 2 J 0 25 * 1 F 0 25 * 11 I 48 0 5 * * D
1 25 * 4 K 0 30 * 2 H 0 30 1 20 J 0 10 * 4 F
1 30 * 6 K 0 35 * 5 I 0 35 2 27 K 0 15 2 7 H
1 35 * 8 L 0 40 * 10 J 38 0 5 * * C 0 20 4 19 J
1 40 * 11 L 28 0 15 * * E 0 10 * 1 E 0 25 7 30 K
18 0 50 * * H 0 20 * 1 F 0 15 * 4 F 50 0 5 * 1 D
0 55 * 1 I 0 25 * 2 G 0 20 * 8 H 0 10 * 4 F
1 00 * 5 J 0 30 * 6 H 0 25 1 16 J 0 15 2 9 H
1 05 * 8 J 0 35 * 12 I 0 30 3 24 K 0 20 4 22 J
1 10 * 14 K 30 0 10 * * D 40 0 5 * * C 52 0 5 * 1 D
1 15 * 14 K 0 15 * 1 E 0 10 * 2 E 0 10 1 4 F
1 20 * 17 L 0 20 * 2 F 0 15 * 4 G 0 15 3 10 I
20 0 40 * * H 0 25 * 4 H 0 15 1 9 H 55 0 5 * 1 D
0 45 * 1 I 0 30 * 9 I 0 25 2 19 J 0 10 1 5 G
0 50 * 4 I 0 35 * 17 J 42 0 5 * * C 0 15 4 13 I
0 55 * 9 J 0 40 * 24 K 0 10 * 2 E 58 0 5 * 2 D
1 00 * 13 K 32 0 10 * * D 0 15 * 5 G 0 10 2 5 G
1 05 * 16 K 0 15 * 1 E 0 20 1 12 I 60 0 5 * 2 D
 

22

 

0 35 * * H 0 20 * 3 G 0 25 3 22 J 0 10 2 6 G
0 40 * 2 I 0 25 * 6 H 0 30 6 31 L 62 0 5 * 2 /
0 45 * 7 I 0 30 * 14 I 45 0 5 * * C 65 0 5 * 3 /
0 50 * 12 J 0 35 * 22 K 0 10 * 3 F
0 55 * 16 K 0 40 1 29 K 0 15 1 6 H

 

Vitesse de remonttée: 15 à 17 mètres/minute

Table 1-determination de l'azote residuel intervalles de surface

SUCC

0h15 0h30 0h45 1h00 1h30 2h00 2h30 3h00 4h00 6h00 8h00

A

0,84 0,83 0,83 0,83 0,82 0,82 0,82 0,81 0,81 0,81 0,80

B

0,88 0,88 0,87 0,86 0,85 0,85 0,84 0,83 0,82 0,81 0,81

C

0,92 0,91 0,90 0,89 0,88 0,87 0,85 0,85 0,83 0,82 0,81

D

0,97 0,95 0,94 0,93 0,91 0,89 0,88 0,86 0,85 0,82 0,81

E

1,00 0,98 0,97 0,96 0,93 0,91 0,89 0,88 0,86 0,83 0,81

F

1,05 1,03 1,01 0,99 0,96 0,94 0,91 0,90 0,87 0,83 0,82

G

1,08 1,06 1,04 1,02 0,98 0,96 0,93 0,91 0,88 0,84 0,82

H

1,13 1,10 1,08 1,05 1,01 0,98 0,95 0,93 0,89 0,85 0,82

I

1,17 1,14 1,11 1,08 1,04 1,00 0,97 0,94 0,90 0,85 0,83

J

1,20 1,17 1,14 1,11 1,06 1,02 0,98 0,96 0,91 0,86 0,83

K

1,25 1,21 1,18 1,15 1,09 1,04 1,01 0,97 0,92 0,86 0,83

L

1,29 1,25 1,21 1,17 1,12 1,07 1,02 0,99 0,93 0,87 0,83

M

1,33 1,29 1,25 1,21 1,14 1,09 1,04 1,01 0,94 0,87 0,84

N

1,37 1,32 1,28 1,24 1,17 1,11 1,06 1,02 0,95 0,88 0,84

O

1,41 1,36 1,32 1,27 1,20 1,13 1,08 1,04 0,97 0,88 0,84

P

1,45 1,40 1,35 1,30 1,22 1,15 1,10 1,05 0,98 0,89 0,84

 

 

Table 2-détermination de la majoration

Profondeur de la 2° plongée - en mètres

  12 15 18 20 22 25 28 30 32 35 38 40 42 45 48 50 52 55 58 60
0,82 4 3 2 2 2 2 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
0,84 7 6 5 4 4 3 3 3 3 2 2 2 2 2 2 2 2 2 1 1
0,86 11 9 7 7 6 5 5 4 4 4 3 3 3 3 3 3 3 2 2 2
0,89 17 13 11 10 9 8 7 7 6 6 5 5 5 4 4 4 4 4 3 3
0,92 2 3 18 15 13 12 11 10 9 8 8 7 7 6 6 5 5 5 5 4
0,95 29 23 19 17 15 13 12 11 10 10 9 8 8 7 7 7 6 6 6 5
0,99 38 30 24 22 20 17 15 14 13 12 11 11 10 9 9 8 8 8 7 7
1,03 47 37 30 27 24 21 19 17 16 15 14 13 12 11 11 10 10 9 9 9
1,07 57 44 36 32 29 25 22 21 19 18 16 15 15 13 13 12 12 11 10 10
1,11 68 52 42 37 34 29 26 24 22 20 19 18 17 16 15 14 13 13 12 12
1,16 81 62 50 44 40 34 30 28 26 24 22 21 20 18 17 16 16 15 14 13
1,20 93 70 56 50 45 39 34 32 29 27 24 23 22 20 19 18 18 17 16 15
1,24 106 79 63 56 50 43 38 35 33 30 27 26 24 23 21 20 19 18 17 17
1,29 124 91 72 63 56 49 43 40 37 33 30 29 27 25 24 23 22 20 19 19
1,33 139 101 79 70 62 53 47 43 40 36 33 31 30 28 26 25 24 22 21 20
1,38 160 114 89 78 69 59 52 48 44 40 37 35 33 30 28 27 26 24 23 22
1,42 180 126 97 85 75 64 56 52 48 43 39 37 35 33 30 29 28 26 25 24
1,45 196 135 104 90 80 68 59 55 51 46 42 39 37 34 32 31 29 28 26 25

 

  1. Les majorations sont en minutes.
  2. Ilest interdit d'effectuer plus de deux plongées successives par tranche de 24 h.
  3. Les plongées plus profondes que 60 m ne sont pas autorisées.
  4. Pour utiliser ces tables il est impératif d'avoir suivi une formation approprier par un organisme habilité.

    Utilisation des tables de plongée à l'air M.N.90      

                     

 

        


 

Des signaux internationaux

 

Signes_01.gif (4045 octets)

OK? OK, tout va bien

Signes_02.gif (1938 octets)

OK? OK(avec des gants)

Signes_03.gif (2436 octets)

OK? OK en surface (à distance)

Signes_04.gif (2691 octets)

OK? OK en surface (une main occupée

Signes_05.gif (1913 octets)

OK? OK, tout va bien de nuit (à distance)

Signes_06.gif (1903 octets)

Ca ne va pas de nuit

Signes 08.BMP (2782 octets)

Détresse, au secoure en surface

Signes 09.BMP (2822 octets)

Je suis sur réserve

Signes 10.BMP (2962 octets)

Ouvre ma réserve

Signes 11.BMP (2822 octets)

Je n'ai plus d'air

Signes 12.BMP (2822 octets)

Je n'ai plus beaucoup d'air

Signes 13.BMP (2822 octets)

Ca ne va pas normalemant

Signes 14.BMP (2822 octets)

Fatigué? Fattigué!

Signes 15.BMP (3082 octets)

Je ne peux pas équilibrer les oreilles

Signes 16.BMP (2822 octets)

Je suis essoufflé

Signes 17.BMP (2822 octets)

J'ai des vertiges

Signes 18.BMP (2822 octets)

J'ai froid

Signes 19.BMP (2822 octets)

Mon détendeur débite continuellement

Signes 20.BMP (2822 octets)

Détesse en plongée

Signes 21.BMP (4094 octets)

Je ne compaends pas

Signes 22.BMP (2962 octets)

Quelle temps? quelle profondeur?

Signes 23.BMP (3662 octets)

Restez à cette profondeur

Signes 24.BMP (3062 octets)

Passez devant, je vous suis

Signes 25.BMP (3686 octets)

Quelle direction?

Signes 26.BMP (2822 octets)

Recommence

Signes 27.BMP (2822 octets)

Moi, vers moi, ou regardez moi

Signes 28.BMP (2822 octets)

Venez ici

Signes 29.BMP (2822 octets)

Halte, attention, restez là

Signes 30.BMP (2822 octets)

Direction à prendre

Signes 31.BMP (2822 octets)

Decendre, on descend

Signes 32.BMP (2822 octets)

Monter, ou remonte

Signes 33.BMP (2562 octets)

Ralentir

Signes 34.BMP (2822 octets)

Accélérer

Signes 35.BMP (2822 octets)

Toi, là'bas, regardez, allez par là

Signes 36.BMP (3062 octets)

Donnez-vous la main

Signes 37.BMP (2822 octets)

Equilibrage

Signes 38.BMP (2822 octets)

Négation ou incompréhension

Signes 39.BMP (2822 octets)

N'oublie pas de souffler

Signes 40.BMP (2802 octets)

Respiration à 2 sur un embout ou demande octopus

Signes 41.BMP (2822 octets)

Rassemblent, restez avec votre équipier

Signes 42.BMP (3062 octets)

Danger

Signes 43.BMP (2822 octets)

Bateau

Signes 44.BMP (2822 octets)

Nouer, lier ou serrer

Signes 45.BMP (2802 octets)

Au-aessous, au-dessus ou autour

Signes 46-47.BMP (39478 octets)

Signes par tractions

Signes 48.BMP (39478 octets)

Signes acoustique

Signes 49.BMP (40038 octets)

Pavillon du plongeur de loisir

Signes 50.BMP (42894 octets)

Pavillon'A' du code international

Signes 51.BMP (47118 octets)

Pavillon 'P' du code international

 


Le phénomène des marées

 

LA MAREE

Deux fois par jour, la mer monte, puis descend: c'est la marée.
Ce curieux phénomène est causé par la lune et le soleil.
Pour bien comprendre les marées, voici ce qui se passe sur la Manche.

MAREE HAUTE

Lorsque la lune passe au-dessus de la Manche, elle attire l'eau vers elle, comme un aimant.
Le niveau de la mer s'élève alors C'est la marée haute.

MAREE BASSE

Six heures plus tard, la terre a fait une rotation d'un quart de tour sur elle-même.
Mais la lune est pratiquement restée au même endroit.
La côte n'est plus sous la lune.
Le niveau de l'eau est redescendu.
C'est la marée basse.

MAREE DE VIVES EAUX

Le soleil attire aussi la mer, mais deux fois moins que la lune.
Quand le soleil et la lune sont alignés, la mer est encore plus fortement attirée et la marée est très forte.
C'est la marée de vives eaux.
Elle a lieu deux fois par mois

MAREE DE MORTES EAUX

Quand le soleil est perpendiculaire à la lune, il attire la mer dans un sens et la lune l'attire dans l'autre.
La marée est alors faible.
C'est la marée de mortes eaux.
Elle a lieu deux fois par mois

LA PLUS HAUTE MAREE

La différence entre le niveau de la marée haute et le niveau de la marée basse s'appelle l'amplitude.
En France, la plus forte amplitude est à Granville, sur la Manche.
Les jours de marée de vives eaux, le niveau de l'eau peut monter de près de 16 mètres.
A marée basse, la mer se retire à plusieurs kilomètres de la côte.

 

 

 

 

 


  Accueil